Evénements et voyages

Evénements et voyages

EN ROUTE VERS LE QUEBEC Septembre 2010

JEUDI 2 SEPTEMBRE

Cà y est la rentrée est faite, les fêtes sont finies, la maison est vide..... çà fait tout drôle... nous allons maintenant penser sérieusement à notre départ.

Heureusement Carmen nous prépare le chemin et l'arrivée, elle nous a réservé sa "tente-roulotte" pour les premiers jours. Ce soir nous venons d'imprimer l'itinéraire de l'aéroport jusque chez elle....Cà prend tournure !

J'ai passé une partie de la journée à essayer de faire débloquer mon téléphone. Oui il faut un téléphone pour vous joindre les uns ou les autres et un autre pour téléphoner à l'intérieur du pays, sans passer par l'international, c'est à dire avec une carte interne au Canada. Figurez vous que mon téléphone est trop vieux pour pouvoir être débloqué....plus aucun fournisseur ne connaît mon appareil !!! Heureusement Monique a changé le sien il y a quelques mois et enfin à 16h30 j'ai pu le faire débloquer. Cà paraît des détails insignifiants, mais si je n'avais pas réussi, je devais acheter un nouveau téléphone !!!! Mais je suis tenace : "société tu m'auras pas" comme dit Renaud.

A propos, il va y avoir des fraises, des framboises, des pêches et des tomates à cueillir pendant notre absence, avis aux amateurs....

 

 

LUNDI  6 SEPTEMBRE

Maison vide, maison vide...elle ne l'est pas restée longtemps car Guilhem et Sophie se sont annoncés pour le week-end : ils voulaient nous faire une bises avant notre départ. On se l'est fait relax et le temps nous y a aidé car le soleil a été de la partie pendant les deux jours. cueillette de tomates, promenade en forêt, vide grenier, c'était cool et bien agréable.

Aujourd'hui, retour aux choses sérieuses : les sacs sont presque prêts ! On a chacun presque six kgs de vant nous, çà permettra de ramener du sirop d'érable et autres spécialités......

Nous devions partir en train jusqu'à l'aéroport, mais c'est jour de grève donc impossible de partir mardi et mercredi matin nous devons partir avant 8h, c'est à dire avant la fin officielle de la grève : trop risqué !  Nous prenons donc la voiture que nous laisserons sur le parking d'un hôtel à coté de Roissy. En principe Guilhem a l'intention de revenir à Passy la semaine prochaine. Il va donc pouvoir nous ramener la voiture à Passy et le retour se fera en transport en commun.

Mais nous n'en sommes pas encore là. Pour le moment c'est l'excitation du départ. A bientôt

 

MARDI 7 SEPTEMBRE

Eh bien il va falloir que l'on fasse doucement car Monique est descendue brutalement d'un tabouret hier et elle a un ligament qui lui fait mal. Ce matin cela ne va pas plus mal, il y a donc bon espoir.

Papa me demandait la manière d'appeler au Canada :

- C'est mon portable qu'il faut appeler 06 32 77 45 59

- pour appeler : faire le 001 et ensuite le  450 et enfin lenuméro désiré (sans le premier zéro !)

De gros baisers à tous, la suite quand nous serons arrivés !

 

JEUDI 9 SEPTEMBRE 

Déjà plus de 24H que nous sommes arrivées ! 7h de vol sans problème, nous avons vite récupéré la voiture que nous avions réservée depuis Passy et en route vers Saint Hyacinthe, chez Carmen et Yvon.

Accueil très chaleureux, mais la soirée sera un peu courte car avec le décalage horaire (6h de moins) nous avons entamé une nouvelle journée en arrivant. Résultat lorsque nous sommes entrés dans notre chambre, cela faisait 22h que nous étions debout.

Dès que la tête fut sur l'oreiller tout le monde dormait.

Aujourd'hui : pluie dès le réveil !

On a d'abord passé la matinée à régler nos histoire de téléphone : le mien est mort du jour au lendemain et celui de Monique n'accepte pas les cartes québécoise car il ne fonctionne pas avec le réseau GSM. Bref, nous sommes quand même partis vers les "Cantons de l'Est" : paysage typique du Canada avec des forêts à perte de vue et des lacs magnifiques. On a vu le sommet des montagnes à 16h mais on en a bien profité quand même. Retour chez Carmen à 20h : tout le monde avait mangé !!! C'est vrai que le repas du soir se situe aux alentours de 18h, 18h30 au plus tard.....

 

VENDREDI 10 SEPTEMBRE

Journée à MONTREAL

Il fallait prendre des forces avant d'aller voir Montréal : restos, cantines, fast...,etc, ce ne sont pas les endroits qui manquent. Bref à 11h du matin nous nous sommes offerts un brunch magnifique. Nous avons entamé notre première fiole de sirop d'érable, qui en fait peut tout accompagner ce qui est sucré.

Montréal est une ville assez contrastée : après les bulldings du centre, on trouve des maisons individuelles et beaucoup d'espaces verts,  en plus des parcs. La vielle ville surprend car elle n'est vielle que de 400 ans, le centre est très moderne avec effectivement un certain nombre de bulldings.Mais c'est une ville qui reste à échelle humaine. Entre les bulldings on trouve régulièrement une vieille église dont l'espace a été respecté. Et lorsqu'on monte au sommet de la tour olympique, on découvre ces ensembles qui se côtoient avec harmonie et l'on est étonné de la densité de bois, parcs er espaces verts.

18h, cette fois Carmen a faim, c'est effectivement l'heure du repas. Métro et direction la rue Ste Catherine, rue commerçante, branchée et chaude à quelques endroits. On a trouvé une brasserie et mangé en terrasse : même que j'ai commandé mon premier hamburger !(... et ce 11 septembre, son premier épis de maïs! Que d'expériences!)

Retour à la maison et en fin de soirée nous a pris l'envie de nous faire un spa ! sitôt dit, sitôt fait.....

 

LUNDI 13 SEPTEMBRE

Bien nous en a pris d'arriver à QUEBEC hier en fin d'après-midi car ce matin on n'y voit goutte et il "mouille" tout plein, comme on le dit ici.

Premier tour de ville dans le vieux Québec: effectivement il ne faut pas comparer avec le reste du pays. A chaque coin de rue, chaque maison, chaque monument rappelle un pan de l'histoire qui, bien que courte, est fort chargée. Il faut d'ailleurs que je reprenne en détail, car je n'ai pas encore tout compris.

Et après le repas (il est 20h) nous sommes partis à la découverte de Québec by nignt avec nos appareils de photos : belle balade dans une ville qui - à cette heure là - est très calme.

Ce matin on va improviser selon le temps.....on vous racontera....

Dans ces cas là, il n'y a pas grand chose qui nous arrête : sac à dos, chaussures de marche et cape de pluie.........on a crapahuté nos six heures aujourd'hui. Après avoir revu la vielle ville nous sommes descendus vers la ville basse, le vieux port et le marché couvert. Pique-nique sous la pluie et le vent, donc vite fait. Après un bon café bien chaud, nous sommes repartis, mais direction le musée du Fort car dehors ce n'était plus tenable. Très intéressant, cela m'a permis de relier les éléments que j'avais et de les mettre dans l'ordre. D'autant que la personne présente  au musée a pris un bon quart d'heure avec nous pour répondre à nos questions et finir de nous expliquer l'histoire de ces Canadiens français tour à tour vainqueurs et vaincus et pour finir sans avoir le droit à la parole puisque c'est le gouvernement français qui a choisi..... de garder les Antilles et de laisser le Québec aux anglais. Bref je ne vais pas vous raconter toute l'histoire car l'après-midi n'étant pas finie, nous avons parcouru le champ de bataille et la citadelle..... avec un rayon de soleil entre 17h et 17h30 !

Demain nous quittons Québec et en route vers la GASPESIE. Je pense que cela nous prendra deux jours car ici l'espace est toujours grand et les distances aussi. Du haut de la citadelle nous plongions vers le St Laurent : c'était tellement grand que notre regard ne savait où aller et surtout ne pouvait embrasser l'ensemble du paysage. On se sent petit quelque fois.....

Tiens, enfin une vue générale de Québec... ce matin en repartant, de l'autre côté du St Laurent :

 

JEUDI 16 SEPTEMBRE

Après deux jours de voyage nous voilà en Gaspésie. On ne va pas parler de la pluie, elle semble vouloir nous accompagner, mais elle ne nous arrêtera pas.

A mi-chemin, nous nous sommes arrêtés à RIVIERE DU LOUP, à l'auberge internationale de jeunesse. Nous avons été accueillis par Camille et Philippe : deux jeunes savoyards qui se sont donnés une année sabbatique après leurs études pour traverser le Canada et les Etats Unis. Ils financent leur voyage en travaillant dans les auberges de jeunesse. Ils sont pour deux ou trois mois là et ensuite ils partent dans une autre auberge à New-York et là ils espère acheter un VAN pour continuer leur périple.

Toujours année sabbatique, le soir à l'auberge nous avons rencontré une famille avec deux enfants. L'aîné venait d'avoir son Bac et la petite de treize ans doit recevoir régulièrement les cours du CNED là où ils sont. Eux aussi sont partis pour un an mais ils font presque le tour de la terre puisqu'ils arrivent de Finlande et Groenland et s'en vont vers la Bolivie. Ils pensent rentrer chez eux en passant par le Cambodge et la Thaïlande !!!!! Des rencontres vraiment intéressantes.

Changement complet hier soir. Nous sommes arrivés à ST ALEXIX DE MATAPEDIA dans un gîte traditionnel qui chez nous aurait nom "Chambre d'hôte". Quatre couples - nous les plus jeunes -. Mais l'aventure nous attendait : notre hôte nous propose d'aller voir,en forêt, les ours noirs.

Nous avons manqué les saumons dans leur réserve, là où ils ont protégés du braconnage avant d'être lâchés pour la période de reproduction...La pluie les avait fait se concentrer au milieu de la rivière, invisibles donc! Mais ça a été l'occasion de rencontrer le gardien et d'avoir plein d'éléments de connaissance sur les saumons.

ET nous n'avons pas manqué le RV avec les écureuils et avec les ours. Daniel, notre hôte, fou passionné des ours organisent des virées d'observation à la tombée de la nuit. Magique, émouvant, passionnant! Après 3/4 h de patience, nous avons vu une ombre se profiler sans bruit et s'approcher de l'endroit rempli de nourriture par Daniel. Il avait jaugé le danger que nous représentions et jugé qu'il ne prenait pas grand risque! Après un temps certain, une petite femelle bien craintive l'a rejoint. craintive vis-à-vis de son congénère. Les ours se méfient les uns des autres. C'est du chacun pour soi. A la nuit noire, nous sommes donc repartis à pied dans la forêt, puis debout à l'arrière du pick up ( belle expérience aussi!) pour regagner la voiture et aller manger un repas bien mérité au seul resto du village. Christian s'est mangé une bonne poutine: frites, sauce et fromage en grains ( prononcer avec l'accent québecois svp). Le guide du routard prévient " gourmets s'abstenir"!

 Tu vois, Loan, on en voit des animaux ici ! Peut-être qu'après on verra aussi des castors et des baleines!

Aujourd'hui c'était la découverte de la "Baie des Chaleurs": il paraît qu'elle porte bien son nom.....eh bien....Dieu qu'on a eu froid !!! Un vent glacial s'est levé ce matin et a soufflé toute la journée. On a quand même voulu manger face à la mer...... oui, mais calfeutré dans la voiture. Heureusement cela s'est un peu calmé en arrivant à BONAVENTURE et nous avons pu découvrir la ville, la plage et son port. Et ce soir : un beau coucher de soleil. J'espère que c'est bon signe.

 

SAMEDI 18 SEPTEMBRE

Pas d'internet hier à l'auberge ce qui explique ce court interlude.

çà va être dur de trouver les mots, deux jours merveilleux, avec un soleil magnifique, des paysages à vous couper le souffle, des phoques et des oiseaux comme jamais nous ne pouvions l'imaginer et bien sûr des rencontres......

Arrivée à PERCE hier après-midi, nous prenons le bateau pour faire le tour du rocher percé et de l'ile BONAVENTURE. Derrière l'île des phoques gris : les uns se font chauffer au soleil sur un rocher, les autres sont encore en train de se baigner. Le bateau ne les perturbe pas du tout, ils continuent de vivre leur vie, c'est génial.

Et au dessus, dans les fentes de la falaises des milliers d'oiseaux, cormorans gris, cormorans argentés , fous de Bassan..... c'est la plus grande colonie de fous de bassan du monde....

Tous ces moments partagés avec un avocat qui ayant terminé au Palais de justice a passé son après-midi sur le bateau et nous a expliqué un tas de choses sur son pays. En plus c'était un randonneur ce qui nous donnait des points communs et encore une fois à un moment la conversation est arrivée sur le chemin de Compostelle. C'est vraiment une expérience qui nous suivra toute la vie.

Retour sur la terre ferme avec une perspective réjouissante puisqu'avec notre billet nous allons pouvoir refaire le tour demain matin et débarquer sur l'île pour quelques heures.

En attendant nous allons retrouver notre gîte : là aussi c'est une longue histoire car le propriétaire a , en fait, été exproprié de l'île et de ce fait il a acheté une ancienne usine de transformation du maquereau pour en faire une auberge. A l'intérieur il ty a amassé tout ce qu'il a pu ramener de l'île et il a récupéré un maximum de choses de l'usine et d'ailleurs. Bref quand on entre cela fait l'effet d'un bric à brac assez déroutant, mais en approfondissant on voit que c'est la passion qui a animé ces gens et qu'en rassemblant ces objets , ils tente de nous la faire partager.

Ce matin rebelote, nous repartons sur l'île en repassant devant les phoques. Nous avons la chance de pouvoir nous joindre à un groupe qu'accompagnait un animateur naturaliste. Cela nous a permis de découvrir la vie du Fou de Bassan, ses habitudes, sa vie familiale etc....passionnant

Et le soir c'est l'auberge internationale de jeunesse. Repas fait dans la cuisine, çà fait du bien :poulet, salade, çà change et çà fait du bien de manger un peu léger (les pantalons commencent à serrer). On y a retrouvé la famille qui fait le tour du monde et des jeunes qui galèrent un peu : faire les trajets en stop, pas d'argent pour dormir ailleurs que dans une auberge de jeunesse....... Mais tous gardent le moral.

 

DIMANCHE 19 SEPTEMBRE

Aujourd'hui nous sommes dans le parc de FORILLON et nous artons pour une rando de douze kms sur le cap de GASPE.

Le temps est un peu gris, mais la temperature assez douce. Un sentier cotier qui monte et qui descend, la mer d`un cote, la montagne boisee de làutre. A chaque instant nous esperons voir debouler un ours ou un orignal . arrive au cap heureusememt le porc epic de service etait au rendez vous. Je dis le porc epic de service car pour tout le monde ce sera le seul animal apercu ce jour.

Pour les baleines ce sera pareil, on a scrute la mer toute la journee mais rien aujourd`hui. Ce nèst rien la rando etait superbe. Jài bien essaye de mettre les pieds dans l`eau, mais 12 degre c`est vrimemt juste : ca vous prend les pieds et les mollets dans un etau et vite on ressort.

De toute facon, pas le temps de batifoler, nous sommes attendus chez les castors a 16h30.

La encore un homme passionne qui nous raconte les castors, leur vie, la construction du barrage, la construction de la hutte (il faut dix minutes à un castor pour abattre un arbre de 18cm),  leur moyen de se nourrir ete comme hiver.... Et il nous emmene vers l`etang. Et nous decouvrons le barrage, la hutte et tout a coup voila Mr Castor qui sort et part chercher de quoi nourrir la famille : ils sont 5. Quelques minutes plus tard Mme Castor sort a son tour et  elle nous gate, car elle reste visible eet nous la voyons couper les roseaux , en manger, et elle en ramenera dans la hutte car ils sont en train de preparer l`hiver.*

Encore une journee magnifique.

Retour a l`auberge : il y a enormement de monde ce soir et nous sommes obliges d`attendre 20h30 pour pouvoir acceder a la cuisine et avoir une petite place. Nous avons rencontre une francaise, infirmiere, en poste a Montreal depuis trois ans. Elle s`y plait bien, meme les hiversse passent bien. Il faut dire que la meteo est simple a cette epoque de l`annee : en fait ou c`est la tempete de neige, ou c`est le soleil avec la neige. Certs il peut faire moins trente, mais avec le soleil ca passe bien.

Demaim direction la cote nord de la Gaspesie jusqu`a STE ANNE DES MONTS. Quelques heures de voiture en perspective......

* Petit commentaire de Monique:

En me promenant dans cette nature foisonnante et magnifique, je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour les derniers habitants de ces lieux, ici comme à Bonaventure. Afin de créer les parcs,vers 1970, ils ont été éjectés de chez eux et apparemment dans  des conditions terribles. Nous ne connaissons pas l'histoire à fond et il est difficile pour nous de juger mais à en croire les témoignages entendus sur le bateau ou ailleurs, ces gens ont vécu des choses terribles. Certains, les plus résistants ont dû mettre le feu à leur maison, d'autres, à l'ile Bonaventure ont dû tout quitter alors qu'ils n'avaient jamais mis les pieds sur le continent ( qui, actuellement est à 10' en bateau) et certains en sont morts dans l'année qui a suivi. Actuellement, les descendants font un rassemblement une fois par an sur l'ile et pour le parc Forillon, ils font une démarche de demande d'excuses au gouvernement canadien. décidément, l'Histoire est vraiment faite d' histoires singulières souvent bien douloureuses.

 

LUNDI  20 SEPTEMBRE   

Beau soleil ce matin pour partir. Il est 9h30, le guide est ouvert est nous avons l`intention de faire tous les panoramas et tous les caps.

Mais avant tout nous nous arretons a la poissonnerie de RIVIERE AU RENARD...et nous tombons litteralement sur... des homards tout frais peche au NOUVEAU BRUNSWICK.

Que croyez -vous qu`il arrivat....Apres un tres bref conciliabule, le homard s`est retrouve dans une caisse en polyesthyrene, dans le coffre de la voiture. Il y faisait frais, tout allait bien.

Ensuite nous avons mis 5h pour faire deux cent km. Au milieu du trajet, au CAP MADELEINE, apres avoir photographie le phare, nous y avons mange une soupe de legume avec un cafe et une galette maison. Ce fut notre repas de midi.

La mer que nous avons cotyee toute la journee etait d`un bleu magnifique, il parait que c`est le bleu outre mer.Il y avait du vent et plein de moutons , c`etait beau, mais les moutons nous cachaient les baleines.

Et de l`autre cote de la route : la chaine des APPALACHES qui termine sa course directemet dans la mer. Encore une fois on est reste sana voix plusieurs fois dans la journee.

Et ce soir a STE ANNE DES MONTS : auberge internationale de jeunesse , courses pour le pique-nique de demain et .... coucher de soleil sur la mer....magnifique.

Mais pendant tout ce temps il y en a un qui commencait a s`impatienter : notre homard. Qu`a cela ne tienne, nous sommes alles le chercher, et des que l`eau s`est mise a buillir, nous l``y avons plonge. Je ne peux vous en dire plus car on ne parle pas la bouche pleine et encore moins quand ca coule et ca colle....mais c`est bon.

Je ne suis pas sur mom ordi, mais sur celui de l`auberge. C`est un clavier americain, il n`y a pas d`accent. Donc pas de photos pour aujourd`hui.

Demain rando dans le parc national de la Gaspesie.

 

MERCREDI 22 SEPTEMBRE

Pas d'accès à Internet hier.

Comme prévu la journée s'est passée dans le parc national de la Gaspésie, dans un lieu où " à peu près à coup sûr vous allez voir des orignaux", nous a dit un employé du parc. Compte tenu de la température et surtout du vent, nous commençons par acheter des gants...et nous ne le regretterons pas. Donc, direction le Mont Ernest Laforce et à nous les orignaux. La nature est magnifique.

Malgré un temps plutôt gris, les montagnes se parents de couleurs mordorées, jaunes, orangées. Nous montons progressivement et le vent nous assaille de plus en plus. Nous scrutons les sous bois. Nous voyons les passages de ces grosses bêtes, leurs empreintes, les endroits où ils doivent dormir ( la végétation y est toute écrasée); mais d'orignaux à l'horizon, point!

Enfin, Christian ( qui quelquefois prend ses désirs pour des réalités) nous arrête bien 5 minutes pour nous en montrer un tout au fond d'un creux. Il est bien le seul à le voir: ni le couple  déjà rencontré précédemment, et avec qui nous marchons plus ou moins, ni moi ne le distinguons. Il finit par se résigner! Nous nous arrêtons à plusieurs endroits pour observer. Au passage, nous observons aussi la végétation qui est superbe. Au sommet, le vent ne nous laisse pas prendre les photos tranquillement, les appareils bougent et nous devons changer les réglages pour augmenter la vitesse. Et toujours pas d'orignaux!

La descente se fait dans les mêmes conditions. Nous aurons mis 2h30 pour faire 4,5 km. Un record!

Qu'à cela ne tienne, nous allons voir le Lac aux Américains: petite balade qui nous emmène dans un lieu aussi magique: superbe lac glaciaire. La roche y a été creusée par le poids de la neige ! Il y a un petit coin abrité qui nous permet de nous restaurer devant une vue magnifique et de nous chauffer un peu au soleil qui daigne se montrer.

Retour à la voiture. Mais nous n'avons pas dit notre dernier mot. Si nous faisons une heure de voiture dans le parc, il y a le lac Paul où a été installé un poste d'observation pour voir les orignaux descendre boire. A partir de 16h30, cela devrait être bon. Nous y allons et nous postons là . Nous tenons environ 1h15 avant d'être vraiment trop frigorifiés pour continuer. Les orignaux aussi doivent être frigorifiés et se mettre à l'abri sous le couvert des arbres. C'est pourtant dans cette région qu'il y a la plus forte densité de population avec 2 animaux au km2.Nous renonçons donc et retournons vers la voiture. Le crépuscule descend et nous sommes à plus d'une heure de nos bases dans cette forêt où les routes ne sont pas goudronnées. (Heureusement d'ailleurs car on voit comment cela souffre l'hiver). Nous sommes vraiment déçus, nous y avons pourtant mis de la bonne volonté. tant pis, la journée était magnifique malgré tout...Et puis, tout à coup, en haut de la côte, en voilà un qui sort du bois...oh, pas pour longtemps. Il rerentre presque tout de suite. On a bien dû le voir au moins 30 secondes. Mais c'est assez pour témoigner que l'orignal n'est pas le fruit d'une illusion collective!!! et pour, quand même , nous sentir un peu récompensés de nos efforts.

Retour à l'auberge donc, après un arrêt ravitaillement. Ce soir ce sera un bon steak...enfin si nous arrivons à nous faire une petite place au milieu du groupe de 30 personnes qui a débarqué pour 3 jours.

 

JEUDI 23 SEPTEMBRE

 

Aujourd'hui, journée voiture pour rejoindre Rimouski où nous prendrons demain un traversier pour passer sur l'autre rive du St Laurent. Comme nous sommes tenaces, nous passons par la réserve faunique de Matane. Il paraît que là, il y a encore plus d'orignaux! Pas de chance, c'est la chasse et la réserve est interdite.

Arrêt donc dans une érablière. La fabrication du sirop d'érable n'a plus de secrets pour nous. Nous avons dégusté le sirop, le beurre d'érable, la tire, et le sucre. Nous savons aussi pourquoi il est plus ou moins foncé: cela dépend de la température extérieure au moment où l'eau d'érable est recueillie. Car oui, c'est l'eau d'érable qui est recueillie entre le 15 mars et le 30 avril, avant la montée de la sève et qui ensuite est travaillée dans un but d'évaporation afin d'obtenir le sirop. Et petit tour dans la montagne autour afin de voir les installations et aussi de profiter des couleurs. Ca y est, ils sont presque rouge flamboyant les érables. Il faut espérer que les feuilles ne vont pas tomber trop vite et qu'on en profite encore quand nous serons à Charlevoix la semaine prochaine.

Ce soir, motel pas loin de l'embarcadère car demain, départ à 7h pour...devinez quoi ? aller voir les baleines! 

 

VENDREDI 24 SEPTEMBRE

 

7H du matin hier, embarquement sur un catamaran a grande vitesse : une trentaine de voitures. La traversee va durer 1h et quart pour 60km de large a cet endroit.

Direction LES BERGERONNES, sur le cap DU BON DESIR. Les rochers s avancent dans le fleuve et nous nous y installons pour essayer de decouvrir les baleines. un soleil magnifique, mais un vent fort qui rafraichit tout, y compris nous qui devons remettre les gants.

4h et demie plus tard, le resultat est plutot maigre : 3 souffles de baleines, mais vraimemt loin, un dos de marsouin,un dos de rorqual et un phoque gris.

on se sent un peu frustre. Mais il est vrai qu on a affaire a des animaux sauvages. Cela nous apprend l humilite car nous avions programme les orignaux et nous avions programme les baleines, seulememt la nature en a dispose autrememt.

Nous nous sommes donc enfonces dans le fjord de SAGUENAY - il fait 100km de long - jusqu a SAINTE ROSE DU NORD. Un des plus beau village du QUEBEC, dans une anse du fjord, au soleil couchant... je ne vous en dit pas plus. Encore un accueil chaleureux au gite : une dame qui nous dit ^je profite de tout, les couleurs, l eau, la montagne.... en pensant a tous ceux qui ne peuvent en profiter.

Elle nous a montre des photos de l hiver dans cette region et elle nous a parle de la PECHE BLANCHE 

Les Quebecois qui nous lisent sauront de quoi nous parlons...pour les autres, imaginez le fleuve Saguenay completement gele l hiver sur une hauteur d 'au moins 30cm. imaginez aussi plein de petites cabanes de toutes les couleurs, enfin, quand je dis petites, c' est relatif car on les a photographiees et il y en a de toutes les tailles. Imaginez aussi au debut de janvier des chenilles qui vont transporter les cabanes sur le fleuve et les installer sur la glace. Et les habitants du coin qui prennent leur motoneige et vont s,installer dans leur cabane. La, ils font des trous dans la glace a l'aide d'une perceuse, soit a l'exterieur,soit a l'interieur de la cabane et vont ainsi pouvoir pecher. On peut meme s,installer pour plusieurs jours car on peut chauffer au bois, au gaz etc...Et de temps en temps on peut meme voir le brise - glace qui passe au milieu du fleuve. Quand on le voit sur les photos, il semble loin, mais il parait que quand on est dans la cabane, on trouve qu'il passe vraiment tout pres. Quand on vit dans la cabane, on sent aussi la maree. Et oui, la maree se fait sentir jusque la, et ce n'est pas parce que le fleuve gele qu'il n'y en a plus. Alors la glace monte et descend de la hauteur des marees, soit plusieurs metres, deux fois par jour. Si la mer est basse, alors vous vous trouvez a cote d'un enorme mur de glace sur le bord du fleuve et quand la mer est haute, vous etes au niveau des rochers. L'experience doit etre assez fantastique. En tous cas nous avons ete passionnes d'entendre notre hotesse nous raconter ces episodes de VIE ORDINAIRE!

Suite de la journee: direction le LAC ST JEAN ...Nous n,en verrons pas grand chose car il tombe maintenant une pluie ininterrompue et on n'y voit rien . Nous poursuivons jusqu'a  MASHTEUIATSH (LA POINTE BLEUE) , lieu de vie d'une communaute amerindienne et decouvrons une partie de leur histoire. Encore un moment passionnant, au chaud pendant que la pluie continue a l'exterieur.

On est loin des indiens des Etats Unis , mais leur histoire est bien douloureuse aussi. En effet au fur et à mesure des traités signés avec les Français ils perdaient leurs terres, leurs droits etc.... L'intégration devait faire disparaître toute leur culture. Jusqu'en 1960 existaient les "Pensionnats" où étaient envoyés les enfants des amérindiens afin de les "formater" au monde d'aujourd'hui pour les intégrer sans qu'il reste trace de leur culture première.

Ce peuple - les ILNUTS - retranché dans une réserve, a fini par se rassembler autour d'un objectif : faire reconnaître leur culture, avoir le droit d'y faire référence et de la transmettre à leurs enfants.

Au fur et à mesure des années de combats plusieurs lois ont été promulguées dans ce sens. Aujourd'hui, l'organisation de l'enseignement, au sein de leur communauté, leur a été confiée......... 

Retour direct à CHICOUTIMI, sous une pluie battante. Auberge de jeunesse, repas confectionné dans la cuisine.

 

DIMANCHE 26 SEPTEMBRE

 

 CA Y EST.......

Mais n'anticipons pas, nous n'en sommes qu'à la journée de samedi. Au lever la pluie s'est arrêtée, mais le ciel est bien gris.

Nous allons visiter l

LA "PULPERIE" de CHICOUTIMI qui nous retrace l'histoire de la naissance de l'industrie du papier, la construction des moulins, des ateliers, des techniques de fabrication et des moyens d'exportation par le fleuve.

Vous vous souvenez, nous sommes dans le SAGUENAY et nous sommes rentrés dans le FJORD. Donc aujourd'hui direction LA BAIE DE STE MARGUERITE pour voir les BELUGAS qui sont de petites baleines blanches ( entre 5 et 7m et de 300 à 500kg).

Du haut de notre observatoire nous en apercevrons quelques uns , mais qu'ils sont loin encore aujourd'hui.

Retour sur STE ROSE DU NORD : la météo annonce du beau temps pour demain et nous aimerions faire la croisière dans le fjord.

Effectivement, ce matin au réveil un soleil magnifique nous fait cligner des yeux. Pique nique dans le sac à dos et embarquement immédiat. Impressionnant de se retrouver au milieu de ce fjord qui mesure 100km de long et a 250m de profondeur. Nous avons vu hier au musée toute la formation de ce fjord : cela a commencé il y a 1 500 000 ans, je vous fait grâce des  détails.

Il fait beau mais la température est bien basse et le vent souffle souvent. Résultat : ébouriffés, les gants et le polaire......mais c'est beau.

Dernier soir dans le SAGUENAY, demain direction CHARLEVOIX où nous retrouvons Carmen.

Nous allons dormir sur le chemin, et nous choisissons la route qui repasse par le rocher des baleines. 17h, soleil couchant, nous marchons vite car la nuit la nuit arrive tôt. Nous voici sur les rochers......... ET........... CA Y EST.......... une baleine passe devant nous à 5OM, elle sort de l'eau trois fois ! Quelques minutes plus tard une seconde passe au même endroit......... NOUS SOMMES COMBLES, c'est magique.......

Si, l'autre jour c'était l'attente des baleines, aujourd'hui, nous assistons à la danse des baleines!

La semaine se termine vraiment en beauté et ce n'est pas fini. Une nouvelle semaine va s'ouvrir sur de nouvelles aventures et de nouvelles rencontres. Sur le bateau nous avons rencontré une famille de Québécois qui était prête à nous accueillir chez eux ce soir....... Encore une fois , il y a ici un accueil que je n'ai rencontré nulle part ailleurs.

Je ne sais pourquoi j'y pense maintenant, çà fait deux semaines que l'on vous dit que l'on est sur une autre échelle. Pour illustrer ce propos et le rendre peut être plus concret :

Dans la province du QUEBEC, on peut mettre trois fois la France. Le nombre d'habitants au Québec représente celui de PARIS et son agglomération. Simples points de repères.

 

MARDI  28  SEPTEMBRE    

 

8h du matin, le café coule tranquillement et il pleut donc nous ne sommes pas pressés. Nous sommes dans un port le long du St Laurent et la corne de brume gémit régulièrement, c'est vous dire quel temps il fait !!

Oui, nous sommes arrivés en CHARLEVOIX et plus précisement à PORT-AU-PERSIL où Carmen a loué une petite maison pour quatre jours. Retrouvailles lundi après-midi et nous avons filé aussitôt pour aller visiter L'ILE AUX COUDRES ( ou coudrier, ou noisetier).Cette fois l'automne est vraiment là et les couleurs commencent à être assez extraordinaires

Ce soir fondue chinoise et SPA puisque nous avons eu la chance d'en trouver dans la maison.Un aperçu du village avant que la brume ne fonde dessus :

A propos, au bout du jardin de la maison, il y a un pommier, rempli de pommes et il paraît que régulièrement il y a un ours qui vient les croquer. Donc ce soir et les autres soirs: observation............

En attendant, ce matin nous profitons de la pluie pour "flemmarder", et ce que ça fait du bien! La maison est un vrai bijou. Une maison ancestrale, comme ils disent ici. Et vraiment il s'agit d'une maison traditionnelle québecoise en bois, toute rénovée en lui conservant son cachet. Rien à voir avec Passy, bien sûr, mais un état d'esprit qu'on retrouve. La maison ne demande qu'à vivre et être habitée...alors, on va pas se gêner!

 

 

MERCREDI 29 SEPTEMBRE

 

2ème jour de pluie et brouillard. On apprécie d'avoir un refuge aussi agréable. Hier cela a été "sorties cape de pluie". Une virée sur les rochers au bord du fleuve en bas du village. On avait vu le coin la veille sous le soleil. Sous la pluie, c'est pas pareil mais ça a son charme aussi. Carmen nous fait un plat japonais pour le repas et en route pour BAIE STE CATHERINE et la POINTE NOIRE, où nous voyons vivre le fleuve dans le brouillard. Heureusement que les bateaux peuvent actionner la corne de brume !!! Quand le brouillard se déchire, on se rend compte qu'il y a de la vie sur ce fleuve! Du moins de la vie humaine, car pour la visite aux baleines en bateau, on attendra des jours meilleurs.

Pour nous réchauffer, nous passons chez Sam ( en souvenir de Samuel de Champlain qui a été le premier à s'installer ici avec une poignée d'hommes!). C'est un petit café sympa où nous nous réchauffons dans une ambiance habituellement très conviviale, mais où il n'y a pas grand monde aujourd'hui.

Retour à la maison et petite soirée tranquille qui s'achève, devinez où ? dans le spa ! Rien de tel pour se préparer une bonne nuit. Chez Carmen, nous avions expérimenté le spa à l'extérieur, c'est pas mal aussi, le spa sous les étoiles. Elle y va été comme hiver. Le spa par moins 20 ou moins 30 dehors, ça doit être quelque chose!

Et toujours, nous guettons l'ours qui viendrait croquer les pommes sur l'arbre au coin du jardin! Mais il paraît que, cet été, il y avait beaucoup à manger dans les forêts, et qu'ils ne sont pas affamés. On n'a donc pas beaucoup de chance de les voir, et, de plus, Carmen n'en est pas très désireuse!. Un dame lui a dit qu'elle se promenait avec une clochette au cas où il en passerait un par là!

 

JEUDI 30 SEPTEMBRE

 

Il n'a pas plu pendant 24h. Nous avons donc optimisé ce temps et réalisé quasiment 2 journées en une!

Hier matin, nous avons affronté le brouillard avec l'intention de marcher un peu dans la Baie des Rochers à quelques kms d'ici. Finalement, nous sommes allés voir un peu plus loin et bien nous en a pris, le soleil a percé. Nous avons donc randonné aux PALISSADES. Magnifique!, sublime! Sur ce lieu d'escalade et de via ferrata, un chemin est aménagé pour des gens comme nous. C'est bien pentu quand même! Comme dit Rejean, le frère de Carmen, beaucoup de gens pensent que les marches creusées dans le roc ont toujours été comme ça...Nous, en chemin on a bien pensé à ceux qui ont sué pour nous les creuser. Le panorama là-haut est superbe. Le regard porte jusqu'au fleuve. (Ici, quand on parle du fleuve, il s'agit du St Laurent bien sûr!) Et les montagnes sont couvertes de rouge, or, orangé, sur lesquels se détachent le vert des conifères..."ça n'arrête pas d'être beau" dirait Michelle.

Descente et retour pique niquer à la maison. Carmen s'est adaptée à notre rythme de Français, car il est quand même tard. Mais apparemment, c'est plus facile le midi que le soir où l'habitude Québecoise est de manger vers 18h30. Au moment où j'écris, Christian et Carmen font le menu du soir: l'un veut une omelette pour le soir, l'autre les oeufs au bacon pour petit déjeuner...c'est un peu compliqué, mais avec le décalage horaire on arrivera peut-être à manger les oeufs ensemble!

Bref, nous avons terminé notre journée d'hier avec quand même notre balade à la Baie des Rochers...C'était censé être une balade de santé...pour une deuxième sortie dans la journée, mon genou a fini quand même par déclarer forfait à notre retour à la nuit!

Traditionnel spa en fin de soirée et...prévision de  départ à 7h30 pour aller dire bonjour aux baleines en Zodiac!

Et oui, départ 7h30, car pour partir à 10h, il faut compter le temps de route, le temps de traverser le SAGUENAY, et donc envisager qu'on râte le traversier et qu'on soit obligé d'attendre le suivant.

Départ à l'heure. Nous sommes "emmitoufflés" dans un pantalon de marin et un gros blouson qui doit nous réchauffer et faire office de gilet de sauvetage. Le Zodiac s'élance vers le large et nous comprenons l'utilité de ce harnachement. Et en plus il saute par dessus les vagues.....mais il retombe avec une force !!!!Les fesses et le dos en prennent un sacré coup.

Mais nous sommes récompensés car nous voilà face à face avec un grand rorqual commun qui pèse plusieurs tonnes et qui est en train de s'alimenter, c'est à dire qu'il est en train de dévorer un banc de poissons, probablement des éperlans. Et en voici un deuxième : il saute, on le voit souffler, puis il sort de l'eau et il replonge et la queue apparaît. C'est "Brake a bras" qu'ils l'ont appelé , à cause de son aileron en forme de frein à main.

Sur le bateau ce ne sont que cris de joie et d'admiration, les appareils de photos crépitent, je ne sais ce que çà donnera car ils sont rapides ces gros bestiaux, mais en même temps élégant et majestueux. Au bout d'un moment tout le monde en reste sans voix, et puis il ressort , on a l'impression qu'il danse rien que pour nous.

Mais les marins sont sympa et se disent la nouvelle, si bien que dans les dix minutes suivantes tous les bateaux sortis étaient sur les lieux.

Ce ballet va durer au moins vingt minutes et nous partons un peu plus loin pour tenter de voir une baleine à bosse signalée par un confrère. Sur le chemin nous croisons des bélugas ( baleines blanches de 500kg), des marsouins et quelques phoques.

C'est sur la route du retour que nous verrons "Blanche Neige", c'est le nom qu'ils ont donné à cette baleine à bosse. En effet ils les connaissent toutes . Elles reviennent chaque année, et ont des signes distinctifs, bien repérables à leurs yeux. 

Encore une fois c'est magique.

 

VENDREDI  1ER  OCTOBRE    

 

10h Nous quittons CHARLEVOIX et PORT AU PERSIL. Un petit tour par QUEBEC en s'arrêtant aux chutes de MONTMORENCY........ à +.

Il a plu toute la journée, les rivières commencent à être au maximum et débordent même à certains endroits dont à MONTREAL. Donc juste deux arrêts sur la route.

STE ANNE DE BEAUPRE pour y voir une basilique dédiée à Ste Anne, après quelques miracles. C'est un peu Lourdes en plus petit.

Deuxième arrêt aux CHUTES  MONTMORENCY : la principale est plus haute que Niagara, mais naturellement beaucoup plus petite. Pourtant aujourd'hui, après les grosses pluies de ces derniers jours, elle était assez impressionnante. 

Ce soir repas au restaurant à QUEBEC où nous dormons. Monique a mangé une "tourtière québécoise" ( c'est un peu notre "backe hof" sans légumes et c'est servi avec des frites ) !! C'est bon, mais c'est un plat qui est fait pour donner suffisamment de calories l'hiver par moins trente. Quant à moi j'ai goûté un "mijoté de caribou". Une tarte au sirop d'érable a conclu ce gentil repas. Le sirop d'érable, on y prend goût, nous prenons le matin sur les tartines (pardon les "toasts"), le midi dans le yogourt et le soir pour le plaisir !

 

SAMEDI 2 OCTOBRE

Petit matin ensoleillé sur Québec! Je ressors un pantalon d'été...mais surprise quand nous sortons, il y a bien du soleil mais le froid est là aussi.

Petit passage par le marché. Lors de notre première venue à Québec, nous avons fait du repérage et nous savons qu'il y a un marchand de sirop d'érable...! Nous risquerions d'en oublier le goût en France, alors quelques provisions ne peuvent pas nuire. Le producteur nous donne quelques explications complémentaires. La différence entre le clair, le medium, le foncé n'a plus de secret pour nous. Allez, du sirop, du beurre...et puis un peu de tire aussi. Au fait, on a droit à combien de kilos de bagage dans l'avion?

Notre retour chez Carmen et Yvon se fera par "le chemin du roi". C'est la route qui longe la rive Nord du St Laurent depuis Québec. Arrêt à CAP SANTE où nous empruntons "le plus beau chemin du Canada". C'est effectivement très beau, une rue du village où les maisons ont été conservées et restaurées. On peut lire l'histoire de la plus ancienne sur un livre présenté devant la maison. Les propriétaires ont pu remonter dans son histoire jusqu'en 1812. Tout ça sous les arbres dont on a déjà vanté les couleurs, et pour la circonstance, tout est décoré façon Halloween.

Notre chemin nous mène maintenant à DESCHAMBAULT, endroit où la navigation sur le fleuve était la plus difficile. Déjà les premiers navigateurs au 17ème siècle ont été obligés d'y installer des phares et autres instruments de navigation.

Pique nique devant le fleuve. L'avantage avec le froid, c'est qu'on ne perd pas beaucoup de temps en pique nique! 

Et nous voilà arrivés à TROIS RIVIERES, ville dont les habitants s'appellent "les Trifluviens". Anciennement industrielle, cette ville a développé un capital culturel et un festival annuel de la poésie. Nous nous promenons au gré des extraits de poésies présentés dans les rues...Et, au bout de la rue, vers le port, l'incontournable couvent des Ursulines. Le Québec a été conquis par des navigateurs mais aussi beaucoup par des Missionnaires et religieux.

Et voilà, à ce moment, nous sortons de table chez Carmen: au menu crème de légumes et boeuf bouilli aux légumes: histoire de montrer aux Français qu'au Québec on mange aussi des légumes. Et Yvon a goûté au bleu d'Auvergne sans sauter au plafond. Il lui a fallu 2/3 d'une bouteille de vin pour le faire passer et son commentaire:" j'ai vu pire, mes joues ne se sont pas rejointes". Carmen, elle n'a pas renouvelé l'expérience. Le St Agur gouté cette semaine lui a laissé un souvenir très circonspect!

Bon, dans une demi heure le SPA sera à la bonne température, rendez-vous sous l'érable et sous les étoiles.

 

LUNDI 4 OCTOBRE

Le temps a passé trop vite hier avec les "copines Québecoises" et le soir, nous n'avons pas eu très envie de "bloguer"

Avec Carmen, nous avons aussi retrouvé Solange et Michelle rencontrées également sur le chemin de Compostelle. Quelle ambiance! Solange nous avait organisé la journée.Petit déjeuner dinatoire chez Grand Mère Poule avec au menu pancakes à la crème et bleuets ! Et accompagnement sonore de basse-cour aux toilettes!

Voilà donc une rétrospective :

2009 : retrouvailles  notre dernier jour sur le Chemin à AZOFRA, après quatre jours de marche ensemble, pour un petit déjeuner.

 

2010 :retrouvailles autour d'un petit déjeuner (beaucoup moins frugal que le précédent!), à Montréal !!!!!!!!! Quel Bonheur !!!!!!!!!!

 

Ensuite marche vers et sur le Mont Royal que nous n'avions pas visité lors de notre premier passage. Evidemment en chemin, les souvenirs et les anecdotes du chemin fusent...on n'a pourtant  marché que 4 ou 5 jours ensemble l'année dernière, mais l'amitié "n'attend pas le nombre de jours de marche"!

Et Solange nous a accueillis chez elle avec un plat de spaghetti et une tarte aux pommes pour terminer la journée. Et quelle tarte aux pommes ! C'est promis, Solange, je n'oublierai pas de t'envoyer la recette et la photo de la Tarte Tatin.

Alors, parlons maintenant de la maison de Solange. Etonnement déjà car pour aller chez Solange, on sort à peine de Montréal et on se retrouve d'un coup en pleine campagne, avec des cultures à perte de vue, des hangars de maraîchers et des étals de légumes et en particuliers de citrouilles.. Et nous voici donc chez Solange et Robert...stupéfaction: il s'agit d'une très ancienne maison québecoise tout en bois et cette maison a été achetée du côté de Québec, démontée, transportée et remontée ici pièce par pièce. Incroyable ! Comme on démonte une armoire, les pièces ont été numérotées pour faciliter le remontage. Ca paraît simple comme ça, mais quel boulot. Et l'intérieur est à l'avenant, tout en bois. Et Robert étant fou d'antiquités, c'est un véritable musée dans lequel nous passons ce bon moment. En tous cas, merci à toutes les trois. Merci à Carmen de nous avoir permis cette rencontre, merci à Michelle pour ta présence et merci Solange pour ton accueil.

 

Aujourd'hui, le soleil est radieux au réveil, mais il fait à peu près 2°. C'est le moment des adieux avec Carmen. Pour nous réchauffer le coeur, elle nous a fait mijoter toute la nuit des fèves au lard pour le petit déjeuner.

Ca rappelle le cassoulet, pour les fèves et le lard, mais vous y ajoutez de la mélasse et du sirop d'érable et vous mangez ça avec un oeuf sur le plat, et vous voilà ragaillardi pour la journée! ( jusqu'à 14h !)

Le départ se fait moins difficile car nous savons que nous allons pouvoir communiquer sur Skype. De fait,ce soir, l'ordinateur à peine ouvert, Carmen appelait. Ca a du bon internet pour ne pas se perdre de vue d'un côté et de l'autre de l'Atlantique. 

En route donc pour notre dernière étape: les LAURENTIDES au Nord de Montréal. Finalement nous sommes repassés par erreur à l'intérieur de Montréal et même si on a mis un peu plus de temps, c'était impressionnant et émouvant de circuler en plein coeur de cette capitale. Et nous avons ainsi pu retraverser le Pont Jacques Cartier et avoir une dernière vue due Montréal et sur "le fleuve"

Arrivée à VAL DAVID vers 14h. L'auberge est la plus vieille du Québec. Le site au bord de la forêt et de la montagne est magnifique. Ici aussi nous sommes dans une maison en bois. A l'extérieur, les arbres sont jaune d'or. Il y a moins d'érables, et les feuilles sont déjà un peu tombées.

Petite rando de mise en jambe sur le Mont Condor et préparation du repas à l'auberge. Ce soir, ce sera soupe julienne aux petits légumes, steak et yaourt aux canneberges. Diététique, non?  

 

MARDI 5 OCTOBRE

Avant-dernier jour. Ce matin, nous prenons notre temps. Ce soir nous dormons au même endroit, donc pas le souci de chercher un hébergement, et surtout, nous n'avons pas besoin de ranger nos affaires. Il fait un soleil radieux et après un petit déjeuner à la Française, nous nous mettons en route vers le Parc national du MONT TREMBLANT, à environ une heure de route. Comme dans tous les parcs nationaux, nous acquittons notre droit d'entrée et nous dirigeons vers un premier point de vue sur les chutes du DIABLE...que d'eau, que d'eau! C'est encore une fois superbe.

Retour à la voiture et nous partons pour une rando qui en regroupe 3: LES ROCHES, LA COULEE et LA CORNICHE. 2 d'entre elles sont bien aménagées, mais LA COULEE qui relie les deux autres n'est pas aménagée et pas toujours facile. Avec les pluies des derniers temps, le sol est quelquefois bien boueux et spongieux et assez abrupt. Mais nous ( Christian surtout) avons toujours l'espoir de rencontrer des ours. Il y en a dans ce coin...malheureusement, il y a aussi des gens qui attachent des grelots à leur sac à dos pour les faire fuir...Je ne sais s'ils sont Québecois mais ils sont au moins Canadiens! Donc nous avons marché toutes oreilles ouvertes ,et tous les sens en alerte. Rassurez-vous, j'avais dans mon sac à dos, récupéré dans une maison du parc, le mode d'emploi en cas de vis-à-vis avec un ours! Nos pas nous ont donc mené quelques 220 m plus haut et là encore, nous n'avons pas de mots pour exprimer la magnificence du spectacle que nous avons sous nos yeux: un point de vue sur le lac MONROE. Dans le soleil, le bleu du ciel se conjugue au bleu du lac, les montagnes dorées s'y reflètent et les humains semblent bien peu de choses avec leurs toutes petites maisons tout en bas.

 

 

Mais toute cette beauté ne nous coupe pas l'appétit, et le pique nique est le bienvenu.

Nous reprenons ensuite notre descente et à la route, il nous reste 2,6km à faire sur le macadam, car notre voiture est restée au premier parking. Tout le long du chemin, nous continuons de regarder, écouter, sentir...la bête qui se cache. Hélas, la fin de la journée approche, et toujours pas d'ours. Alors, faisons le bilan, car nous ne sommes quand même pas revenus complètement bredouilles: un autostoppeur ( qui, lui, a vu un ours juste avant qu'on le prenne! c'est pas juste...Il a eu tellement peur qu'il ne l'a même pas photographié, c'est possible ça?), 2 biches qui, elles, se sont laissé photographier, un écureuil qui a voulu nous piquer notre pique nique, une araignée...c'est pas si mal!

 

 

Ah, et j'oubliais: Christian a même eu l'occasion de chevaucher un dinosaure ! Si vous ne me croyez pas, regardez la photo ci-dessous pour preuve. Je savais que ce continent était très vieux, mais je ne croyais quand-même pas qu'ils en étaient restés à ce stade!

 

 

Monique est très contente d'elle. Elle en rit encore !!!!!

On rit, mais on rit jaune car demain on fait les valises. Mais chaque chose en son temps, demain j'irai bien faire  un tour dans un canoë canadien sur le lac ! ??

Allez, on vous communiquera la fin de nos aventures à notre retour en France!

 

JEUDI 7 OCTOBRE    

 

Juste un petit mot pour le moment, on reviendra sur le dernier jour un peu plus tard. Après un vol sans histoire, quoique bien secoué, nous sommes arrivés à ETIGNY à 16h30 (heure française). Marie Chantal nous attendait et ellle était venue ouvrir tous les volets ce matin ! Nous sommes arrivés dans une maison claire et chaude, c'est génial. Merci Marie Chantal.

Et,devinez d'où je vous écrit : de la terrasse devant la cuisine, avec un bon verre de bière. Et oui, c'est presque encore l'été ici, les feuilles sont vertes, nous venons de ramasser de quoi faire une grande salade de tomates pour ce soir et un dessert "méga" de framboises. Il y a même des courgettes qui nous attendent. Sans comp ter les pommes.........

Moi qui m'était fait à l'idée de devoir allumer la cheminée ce soir, et en plus cela fait un sacré changement par rapport au soleil. Il est 18h maintenant et le soleil est encore haut alors que hier il était couché à cette heure là.

Bien j'arrête, je continue d'atterrir, on y reviendra "tantôt".

 

VENDREDI 8 OCTOBRE

 

Bon, on a bien récupéré après une bonne nuit! 

Pour le canoë, le dernier jour, il faudra qu'on revienne au Québec! Tant pis pour vous, les copines québecoises!

De fait, le ciel était gris au réveil et plus la matinée avançait, plus il était gris. Nous avions pitié des voisins dans l'avion, car pas de douche le soir, donc nous ne voulions pas refaire une rando trop difficile. Nous avions donc décidé de faire une petite marche tranquille, mais le temps devenant de plus en plus froid et finalement pluvieux, nous avons jeté notre dévolu sur la voiture et opté pour du tourisme à 4 roues! 5heures et plus pour faire les 100km qui nous séparait de l'aéroport, c'est pas mal, non? Le dernier pique nique n'a pas attiré les écureuils, il a fallu se trouver un abri.

 

Et nous sommes arrivés sous une pluie battante, avec en plus une petite émotion car le réservoir se vidait bien. Le loueur nous avait dit de rendre la voiture vide...il aura été comblé!...nous avons même eu l'alerte sonore alors que nous ne savions pas combien de kms il nous restait à parcourir. Mais bravo les Québecois pour votre organisation, le fléchage...nous n'avons eu qu'à nous laisser guider. Nous avons bien apprécié car si en plus nous avions dû tourner, ce n'aurait pas été drôle.

 

Arrivée à Paris jeudi matin et récupération des bagages. Devant le tapis roulant, mon regard croise une personne que je suis à peu près sûre de reconnaître et à qui une dame dit " au revoir Jean No"...Après quelques hésitations quand même ( nous ne sommes plus au Québec pour aborder les gens de cette façon!), je demande à la dame si ce Monsieur ne serait pas "Jean Noël Delcourt", ( pour ceux à qui cela ne dit rien, il s'agit d'un cousin que je n'avais pas vu depuis très longtemps) Et bien oui, c'était lui! Nous étions dans le même avion! Et la dame qui, elle aussi revenait du Québec, ne s'est pas du tout formalisée, voire, elle m'a devancée pour aller lui demander si le nom "Tierny" lui disait quelque chose! "Ce sont des cousins", lui ai-je entendu répondre. Le moment fut assez cocasse et la rencontre très sympa bien que très courte.

 

Et voilà, fin de nos aventures Québecoises... ( un périple de 5000 km!! )enfin du premier épisode j'espère.  Et nous allons encore en goûter la saveur quelque temps. Jugez par vous-mêmes, c'est bon le yaourt au sirop d'érable! (sans compter les 2000 photos que nous ramenons, mais rassurez-vous, on va faire un tri pour vous envoyer cela sur Picasa ).

 




01/09/2010
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres